Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie


poésie de la vie
tonio, de robe

A prix voisin d'apprivoiser mes faims, ces victuailles m'étaient devenue si précieuses que ma vie ne courrais plus si je ne me regarnissais pas d'elles.

Ces secondes d'existences me coûtaient mes tristesses et mon amertume, mes désespoirs et mes face à face avec la lune.

J'étais devenu incapable du moindre douloureux instant, durant la magie de ces échanges fulgurants, et doux et longs, sans fonds.

Le chant m'emporte, il m'apporte des voies gonflées d'élans, il transforme l'air qui m'entoure en de vaste ponts qui permettent l'accident : se rapprocher les uns des autres, par cette seule finalité d'une émotion en circulation, tel un feux qui réchauffe et qui plutôt que consumer, va régénérer, lier les matières subtiles de coeurs différends, au travers d'un semblable émoi.

Par pur accident, il m'est arrivé que ma vie soit belle. J'ai trouvé la ma niche. J'y retourne quand je peux.

0 appréciations
Hors-ligne
mouais ! espèce de petit veinard... l'accident de parcours qui te fait tomber dans le bonheur alors là il fallait y penser et en plus t'as gardé la clef pour aller à la niche du bonheur quand tu veux :note: ça musique douce par chez toi bonheur au coeur d'un hazard ou coïncidence...

kiss muzikal

sara
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 186 autres membres