Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie


Picadouille Djaï
tonio, de robe

Picadouile djaï se réveilla juste avant les premières lueurs du jour, il s'étira, bailla de toute sa bouche, puis sorti de sa couche et sauta hors de l'oeil de biche dans lequel il s'était endormi la veille au soir, bien sur il avait pris soin de rabattre délicatement la paupière du doux animal tout en le remerciant d'un affectueux silencieuse de l'avoir abrité pour la nuit.

Farfadet de son état, bleu de peau, Picadouille Djaï gambada jusqu'à la rivière la plus proche qui bruissait l'aurore de ses joyeux clapotis à bulles déployées.

Tandis qu'il finissait de se rhabiller, après avoir piqué une tête dans l' accueillante rivière, Picadouille Djäi entendit des battement d'ailes se rapprochés en même temps que la lumière du jour. Il savait que sa belle amie le rejoignait comme chaque matin. La belle mésange bleu se posa toute de grâce à ses coté et picadouille la salua d'un baisé sous l'oeil droit, puis il se jucha sur le dos de son ailée amie et tout deux s'envolèrent dans le ciel aux couleurs naissantes.

La main levée, Picadouille Djaï lisait l'air, et la mésange bleu lisait les pensées de son farfadet cavalier, elle orienta son vol sur les désirs de ce dernier et en vint à se posé près d'un humain au grand pieds, qui leur tournait le dos et qui visiblement ne les avait pas remarqués.
Picadouille Djaï tira sur sa barbichette bleu, arrêtant ainsi le flot du temps. Il descendit du dos de la mésange et se rapprocha du quidam qu'il avait choisi pour sa forte résonance. Parvenu tout près de ses grand pieds, il plongea dedans et se mis à nager entre la matière et son contenu antérieur.

Il arriva rapidement près du coeur et de son dedans le plus profond, là il sortis son petit glaive du fourreau qu'il avait à la ceinture, et pris de l'autre main le petite besace qui pendait à cette même ceinture, alors il commença son travails, avec des gestes précis, affinés par l'expérience, il coupa les pans de noirceur qui garnissaient le coeur dans lequel il était plongé, remplissant sa besace à mesure que ses coups de lames s'abattaient et découpaient.

Son labeur achevé, le coeur autour de lui palpitait d'un élan et d'une jeunesse, d'une légèreté retrouvée.Picadouille Djaï sortis par l'oeil gauche de l'humain et d'un bond rejoignis son amie à plume, se hissa sur son dos et tira sur sa barbiche permettant ainsi au temps de reprendre sa course.

Le vents Chatouillait le nez de Picadouille Djaï, la mésange volait d'élégance dans le ciel, et le farfadet s'appliquait à nourrir l'oiseau bleu du contenus de sa besace, ainsi sa belle amie à plume conserverait encore le solide de son corps, jusqu'à la prochaine halte où il recommencerait une cueillette, et encore une autre.
Née des rêves de Picadouille Djaï, la mésange avait besoin de cette épaisseur qui alourdis et étouffe le coeur de certains humains, pour pouvoir déambuler dans le même espace, et Picadouille Djaï avait besoin de son amie pour mener à bien ses cueillettes quotidiennes.


Dernière modification le 30-08-2007 à 18:36:49

Dernière modification le 31-08-2007 à 12:19:54

Dernière modification le 31-08-2007 à 12:20:05

Dernière modification le 31-08-2007 à 12:20:55

0 appréciations
Hors-ligne
c'est bô ! j'adore Picadouille Djaï  

dis, tu crois que je peux être son amie !?
belle journée à toi avec autant de gaité que tu donnes à cet espace

kiss muzikal 
sara  

Dernière modification le 04-09-2007 à 09:51:33

Dernière modification le 04-09-2007 à 09:51:38
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 186 autres membres