Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie


FEE D'UN JOUR...

3 appréciations
Hors-ligne
Il passe et repasse devant la boulangerie-pâtisserie, hésite un moment et reprend son manège. Il est habillé d'un jean délavé, une chemise bleue, par-dessus laquelle une veste en laine, trop grande pour lui, essaie de le protéger de ce froid hivernal. Il porte aux pieds des baskets sans chaussettes. Ses vêtements sont usagés mais propres. Je l'examine quelques secondes avant de me décider à l'aborder: "Je peux vous aider"? Et en même temps, je lui tends deux euros. Il rougit, fait le geste de repousser ma main et me répond "Je sens le parfum du bon pain chaud, mais je ne demande pas l'aumône, je cherche du travail".
Je me sens stupide, gênée, je vois bien qu'il a faim et je ne sais plus comment l'aider, rattraper ma maladresse. Et puis, une idée me vient à l'esprit:
- Vous savez, lui dis-je, j'allais entrer prendre une boisson chaude puisqu'il y a un salon de thé, mais je n'ai jamais osé m'assoir seule. Vous me rendriez service si vous acceptiez de vous joindre à moi".
Je reçois un regard plein de douceur et ses yeux verts sont tout mouillés.
- Vous êtes très gentille. Comment refuser sans paraitre ingrat".
Une fois installés, je commande deux petits déjeuners complets: jus de fruits, chocolat chaud, tartines, viennoiseries en lui précisant "j'ai pris très tôt une café noir et à présent mon estomac crie famine".
Il ne répond pas, porte la tasse bouillante à sa bouche, avale quelques gorgées et dévore une brioche. Puis, il ralentit, confus semble-t-il de s'être laissé aller.
- Cela réchauffe, lui dis-je, je commence à me sentir mieux.
- Oui cela fait du bien.
Nous terminons sans plus parler. Je ne sais trop quoi lui dire, ne voulant pas paraître indiscrète, mais j'ai une grande envie qu'il s'exprime. Mon silence a le don de le détendre.
- Je vis dans un foyer. Une soupe chaude le soir et un crouton de pain. Je suis courageux, je cherche du travail mais on me demande une adresse de location; et lorsque je trouve un studio, on me demande une fiche de paie. Vous comprenez quelque chose, vous?
- Attendez, j'ai peutêtre une solution".
Je vais vers la patronne et lui demande: "le jeune homme qui livrait votre pain, est parti, n'est-ce pas? Ne voudriez pas engager ce jeune homme qui se tient à ma table"?
Elle lui jette un regard soupçonneux, se retourne vers moi:
- Vous le connaissez depuis longtemps?
- Une demi-heure.
- Vous plaisantez?
- Non, je suis très sérieuse. Il veut vivre de son travail, mais pas de mendicité. Je suis sûre que vous ne le regretterez pas".
Nous nous connaissons depuis longtemps elle et moi, elle hésite, me regarde et se dirigeant vers la table, elle sourit:
- Pourquoi pas après tout. Est-ce que vous accepteriez de livrer du pain pour moi3"?
Un silence s'installe. J'ai peur. Me serai-je trompée? M'a-t-il raconté des histoires et va-t-il refuser cette proposition? Toutes ces pensées défilent en quelques secondes dans ma tête mais le temps me paraît une éternité... Et puis une voix tremblante, étonnée, vient couper cet épais silence: "Si ce n'est pas une plaisanterie, je suis prêt à commencer sur le champ" Puis rougissant, il ajoute "Bien sûr, il faudrait que je sois plus présentable".
Son regard interroge "Comment va-t-il faire pour trouver des vêtements à sa taille, rapidement et avec quel argent"?
Mon amie et moi, nous nous regardons.
"Il y a toujours une solution", dit-elle.
Alors prenant mon sac, je me lève:
"Il faut que je file. Je vous laisse mettre au point ce contrat de travail.
- Je ne savais pas que les les fées existaient, murmure-t-il. Aujourd'hui, j'en ai rencontré deux. Avant de vous en aller me permettez-vous de vous serrer la main?
Joyeuse, je ne veux pas que mon émotion perce, je lui tends ma main qu'il retient quelques secondes dans la sienne "Merci" dit-il.
Je me détourne, il ne faut pas qu'il voit les larmes dans mes yeux, et pars vers mon rendez-vous certainement manqué. Qu'importe! Je me sens si légère...

Bijou





J'aime tout ce qui concerne l'écriture, la poésie, les nouvelles, et les partages avec tous ceux et celles qui ont les mêmes affinités que moi, à savoir l'amour universel de son prochain, sans distinction de race, couleur, religion, rites et coutu

0 appréciations
Hors-ligne
Voilà je viens de lire et de relire et puis encore une fois, mais mes yeux n'y voient plus... trop de larmes en vue...

Bijou, je voudrais travailler moi aussi, je voudrais tellement... tu crois qu'au moins une bonne fée (je n'ose espérer deux) va venir se pencher sur mon cas !?

MERCI à toi de ces mots là...


kiss étoilé de toute mon âme d'accordéonne

sara
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...

3 appréciations
Hors-ligne
Si j'avais une baguette magique, c'est avec joie que j'exaucerai ton voeu... Je ne sais pas grand chose de toi, mais j'ai l'impression de t'avoir toujours connue... Tes mots et tes poèmes coulent dans mon coeur et ravissent mon âme Si tu savais le réconfort que nos échanges m'apportent!! Tout à une raison et celle de nous avoir fait croisé notre chemin est un don du ciel... :ange:
J'aime tout ce qui concerne l'écriture, la poésie, les nouvelles, et les partages avec tous ceux et celles qui ont les mêmes affinités que moi, à savoir l'amour universel de son prochain, sans distinction de race, couleur, religion, rites et coutu

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 186 autres membres