Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie


à brutes et paissent.
tonio, de robe

Voila des années que j'ai abandonné mes certitudes élémentaires, celles qui m'ont amener bien des fois à me conduire en monstre froid avec pourtant du feu dans les veines. De ces années où je me suis égaré, où je fus détruis par ma bêtise sale, je garde un souvenir confus et diffus, mais ce passé me hante, il me permet d'être autrement, meilleur je l'espère.

Je suis toujours très animal, mais avec un début de conscience et quelques couleurs de coeurs qui ont parfois même l'air de rayonner pour de vrais.

Le fait d'hivers : je pensais mon oeil noir disparus dans ce passé mort, mais je continus à faire couler des larmes autour de moi, la semaine dernière sur mon lieux de travail. je l'ai appris tout à l'heure, par le ton que j'ai utilisé, apparemment sec, cassant, et surtout par l'expression de mon regard, une femme à fondue en larmes après mon passage.
Le mal être en suspension dans mes yeux pendant ces années, a du laisser des traces qui ne demandent qu'à reprendre leur essor à la moindre occasion, j'utilise une grande part de mon énergie à me surveillé, à prendre garde de ne pas laissé le feu qui me brûle le ventre prendre corps hors de moi, je ne vois du monde que lorsque je me sent assez fort pour maîtriser mes mots, mes regards.
Mais sur mon lieux de travail je n'ai pas ce choix la.
Je me rattraperais,, je ferais rire cette personne, et nous deviendrons peu être amis, en tout cas je suis retourné la voir et je lui ai présenté des excuses, mais je n'effacerais pas la souffrance qu'elle à connue par moi.
Si sur sur scène il arrive que l'on me trouve du charisme, dans la vie je dois me méfier de l'impact que je peux avoir sur les êtres qui m'entourent, je me nourris de sourires, je suis je crois assez doué pour en susciter par ma seule présence, le revers à cette transparence, c'est que je peux faire du mal sans même m'en rendre compte et sans même le vouloir.
Cet oeil noir, qui semble reprendre vie parfois, à mon grand damne, la noirceur qu'il véhicule est une part de mon âme, elle n'est pas violence contre les autres. Elle est une part de mon enfance, ce sentiment de culpabilité d'exister.
voila un épisode dont je suis honteux, je ne sais pas si c'est bien l'endroit pour en faire part. Le coté idiot qui est bien présent dans mon coeur me laisse entendre que dame Sara Do aura peu être quelques mots en baume sur ma plaie d'être.

bises en clartés

0 appréciations
Hors-ligne
à toi l'ami, qui passe par là, dis-moi tout
ici est une terre d'asile où toute peine peu se dire sinon rien :pointex:

Cette culpabilité d'exister parle au coeur d'un grand nombre d'entre nous... elle fleure à souhait dans nos souvenirs et parfois nous déborde au présent

Je t'envoie mes sourires... les uns après les autres comme une grande chaine :

*" Entre les larmes et un sourire, il y a un ami... " voilà quelques mots dédiés
il n'y a pas si longtemps que je partage avec toi.

kiss muzikal ! sara

*(à FC)


L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 186 autres membres