Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie


Le dernier rêve
Charlie

Nouvel arrivé sur le forum, j'ai d'abord écouté la musique que(dois-je dire tu ou vous) chantais en duo et que j'ai adoré il y a quelques semaines (quelques mois ?)...Voici mon poème :


LE DERNIER RÊVE

Au détour des âges et de l’Histoire
Dans les méandres d’une lointaine tyrannie
Au petit jour et jusqu’au soir l’espoir
Mais parmi nous demeurent les patries

Je marche en 1930 un enfant dans les bras
Nous courons elle et moi nous réfugier
Dans un abri de fortune à quelques pas
Ou bien je veille depuis le haut des adrets

Je marche et rencontre d’autres maquisards
Je rentre dans la ville du cauchemar
Je reçois les foudres pétainistes
Et trébuche sur un cadavre sur la piste

Je suis à l’hôpital de la santé pour la torture
Je ne dirai rien mais putain c’que c’est dur
La douleur du feu et des aiguilles
Et le sang qui coule sur les mollets par petites billes

Je reviendrai plusieurs fois voir l’innommé
On ne se présente pas pour ces choses là
Où bien à la dernière heure quand rien n’est avoué
Et que la prochaine voie est l’issue du trépas

Un dernier regard imaginaire vers le ciel
Depuis le train qui ne me mènera pas
Je me donne en dernier rêve de retrouver les draps
Et oublie un instant Calluires-la-mortelle

Je flotte encore dans les airs avec mon parachute
Et c’est ainsi que je signe le dernier dessein
Où je promets de passer au théâtre pour la chute
Et depuis son cœur je guéris et c’est bien

Mais il me faudra toutes les vies pour oublier
La douleur les cris la peur et l’instant terrible
Où les voitures arrivent quand l’un d’eux se met à pleurer
Je leur promets alors d’écrire une nouvelle bible

Je préfère les amoureuses aux visiteurs
Qui viennent un soir d’orage m’apporter quelques fleurs
Mais vous savez depuis le Panthéon siffleur
Je chante encore et je demeure

Jusqu’à l’appel d’un compagnon sauveur
Qui me dit qu’au pays les choses tournent mal
Alors mon cœur réparé redevient tribunal
Et je désigne un tyran qui farfouille l’Eure

Élu président il nous prépare un grand malheur
Alors le préfet redevient dessinateur
Et s’envolent toutes les Forces en Angleterre
Chercher ce qui n’est pas sur cette Terre !




Et puis un deuxième !




MON ANGE

Nous croisons Birelli mais là pas de chance
Il n'y a plus de place pour le concert de ce soir
Ne nous reste plus qu’un morceau de Romance
Ce Morceau qui s'appelle « Tes yeux noirs »

J’ai ta main dans la mienne et l’espoir
Et la mitrailleuse à l’épaule un rossignol
Pour t’inviter à la transe d’une histoire
Qui raconte qu’on est gentils z’ont eu du bol

J’ai ta voix dans les veines « chut silence »
Je crois bien qu’on nous surveille pourtant
Qu’ont-ils à nous épier pour quelque semence
Glanée si haut puis semée hors des rangs

Au ruisseau réapparu nous arrive emballé
Un cadeau de Provence et puis quelques olives
En hissant le drapeau je plante un oranger
Et accueille les marmots qui seront leurs convives

Guevara est en lisse et Pimprenelle chez Morphée
Ce sont les draps qui glissent avec la tramontane
Et le mistral qui se lève enfin du côté des Adrets
Avec le soleil au zénith pour l’exil... Oh ma catalane !

Si l’indien nous esquisse c’est qu’ils sont sauvés
Mayas et Kogis et puis les chants et comptines
Si la lune est un croissant c’est qu’au petit déjeuner
Seront calme l’océan et plus indulgente la Chine

Puisque dorment les mômes et veillent les sages
Puisque chantent les philosophes d’Afrique
Et que les spectateurs sortent de leurs cages
Soyons au firmament ce que nous promet la musique

Porteurs de chiffons rouges aux heures annoncées
Et puis rhéteurs habiles en songes et en caresses
En chantant faiseurs des tables rases du passé
Et pourquoi pas hippies voyageurs aux mille adresses

Regagnons la Babylone promise quand Venise onirique
Souffle à tes pas qu’elle précède un million de roses rouges
En pétales disposées sur les chemins anthologiques
Qu’illumine une Olympe quand tes lèvres qui bougent

S’en remettent gentiment aux nymphes et aux elfes
Leur demandant ce que naguère de la poésie
Disait un Baudelaire rimeur de lignes sans griefs
Voyant en elle sa fidèle muse et sa Savoureuse Patrie...




Dernière modification le 01-05-2009 à 12:51:58

Dernière modification le 15-05-2009 à 16:30:07

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour,

Merci pour votre passage sur ma terre de Galice. Vous lui faites grand honneur par vos mots déposés, magnifiques de poésie :note:

Je suis allée à la découverte de votre carnet Vosgien, Merci de m'ouvrir la porte de votre univers...

Je vous envoie une pluie d'étoiles filantes pour éclairer votre ciel de vie :et:

D'étoilement !
Sara Do

PS : vous pouvez me dire TU sans soucis

Sara Do
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...
Charlie

Oh comme ces mots me font du bien : je reviens de la guerre avec des enfants saufs...


PETITE PROSE POUR UN RUISSEAU

Je t’écris depuis un sage navire
Et qui connaît les océans
Qu’il m’a fallu pour te ravir
Oublier le Soleil Levant

Que puis-je fêter aujourd’hui, avec toi
En ce premier mai peut-être le muguet
Et la victoire de notre bon aloi
Simplement t’apporter ce bouquet

De roses rouges et les graines de vignes
Que l’on sèmera c’est promis
Pour leurs faire quelques signes
Quand notre public applaudit

Et puis te chanter cette fredaine
C’est l’enfant qui joue du violon
Mais je connais le capitaine
Et c’est gagné pour les lurons

J’ai bien envie d’aller nager
Dans les tissus qui dérobent
Nos yeux à leurs petits sentiers
Pour se souvenir d’Octobre

Ça y est c’est la Révolution
Et j’ai le cœur à Cancún
Pour goûter à tes calissons
En caressant la lune

Serait-ce un p’tit Rimbaud
Est-elle déjà météore
Et connaît-elle plus beau
Que ce petit trésor

Ont-ils repris les armes
Ont-ils essayé encore
De nous toucher aux larmes
Après tous ces efforts

Nous promet-on la trêve
Ou bien sont-ils toujours
Des tueurs de rêves
Ces faiseurs d’Oradour

Irons-nous enfin
Voir si Venise
Sous son faux air coquin
A un côté Soumise

Ou bien plutôt
Alpinistes
Les admirer c’tantôt
Les marmots sur la piste

Je t’apporte ce bouquet
Et rejoue quelques notes
Un hymne que tu connais
De la part d’une pilote

Et pour finir ma chanson
J’appelle cette alchimiste
Apparue dans mon sillon
Et puis l’accordéoniste

0 appréciations
Hors-ligne
:mg: Merci
Sublime !!!

Octobre, octobre rouge, l'affiche rouge, Aragon, Rimbaud, Beaudelaire et tant d'autre encore, j'en suis sûre, traverse votre esprit.

Bonheur, bonne heure,
quel joli brin de muguet
vous m'offrez en ce 1er mai...
Je le reçois d'un large sourire :et:
étoilé, cela va sans dire...


S'il vous plaît, allez vous inscrire à la Newsletter de ma terre de Galice. Sur la page d'accueil en bas à gauche, déposer votre email...

Appeler-moi Sara sans soucie et dites "Tu" si le coeur vous dit... Je vous promets de faire de même.

Belle fin de soirée à vous :note:

D'étoilement !
Sara do
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...
Charlie

...et tant d'autres !!! Bientôt mon recueuil des poésie sera publié, je te tiendrai au courant...
Charlie

Encore un poème, parce que je me sens si bien ici...


PETITE ÉTERNITÉ LEXICALE

La couleur du jour la couleur du soleil
Le jour où j’ai bu un verre de feu
C’était un mardi d’une nuit sans sommeil
C’était un jeudi quand près des Dieux

M’apparaissait l’heureuse poésie de Résistance
C’était un vendredi attelé aux mots
Et je crois bien que j’ai gardé l’essence
De ces jours heureux à l’aube des brûlots

Je suis comme un marin dans les vagues
Et l’accordéoniste d’une minute ou deux
Qui parcourt les rues de Copenhague
En regardant en contemplant les cieux

Ceux de l’angevine et radieuse tendresse
Ceux de l’agonie portée en paradis
Quand disparaît la souffrance et vient une caresse
Au jardin aquatique me reviennent ses frottis

C’est un jour de « piété » ou de carnaval
Où sont déguisés les sérieux de coutume
Et quand est déserté l’infini tribunal
Pour qu’aux comédiens appartiennent les costumes

C’est un jour sous les toits empaillés
Où les amoureuses se lient buissonnières
C’est un jour dans le matin apprivoisé
Qui leur donne tout le temps des mystères

À découvrir pour leurs corps respectifs
Dans le foin qui restera aplati, étalé
Après elles plus de martyrs définitifs
Mais sans douté d’éternels étés

Où les ruisseaux s’écoulent amoureux
Sans que la haine ne les touche ou les pollue
Les ruisseaux de sentiments inégalés
Que seules connaissent les amours enlacées
Parties pour une heure et que Neptune salue
Au rayon de lune elle veille à ces jeux

Jeux d’enfants jeux d’adultes jeux muets
Petits cris soulagements miroirs clos
Grandes audaces petits mots freluquets
C’est un secret, de grands, de marmots

C’est un secret alors silence… On tourne !

0 appréciations
Hors-ligne
BRAVO Charlie, belle plume, belle envolée...

Doué pour les m'eaux de vie, ça fait du bien hein ! les mots sont nos amis et il faut les aimer fort... J'aime à dire que si on les aime, ils nous aiment aussi. sourire...

Je suppose que tu as lu quelques uns de mes textes. Tu sais que tu as le droit de les commenter aussi, il y a une case commentaire pour cela, tout en bas de la page :note: sens-toi libre de le faire ou pas

Je veux bien que tu me tiennes au courant de la publication de ton recueil. C'est chouette de pourvoir le faire et il faudrait vraiment que je me remue pour publier moi aussi... ha ! lalala... le temps court après le temps

As-tu été sur l'autre site : www.sara-do.com, c'est là que je publie en ligne des essais et nouvelles et puis aussi des articles sur des livres que j'ai lu... Si tu as le temps va faire un tour...

Juste te préciser, je réponds toutjours au posts des gens, mais il peut arriver qu'en période de spectacle ou d'écriture intense, je m'absente et ne peux être réactive dans l'heure. Je suis sûre que tu me comprendras.

Je te souhaite une belle fin de journée.

D'étoilement :et:

Sara Do
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...
Charlie

Ton message me fait très plaisir : comme tu as du le constater, ma plume vacille entre tout là-haut Aragon et Desnos et la plume d'écolier ou je découvrais Prévert et Eluard : l'enfant qui sommeille adore écrire et moi qui ai grandi depuis la plume et l'encrier sont la vie, et ami des mots ils sont devenus mes amours...
Charlie

"t'es là"... MMM j'aime beaucoup ce texte. Et puis jour après jour j'irai lire te lire encore les mots sont mes amours...

0 appréciations
Hors-ligne
de ce petit retour sur : T'es là, ma petite dédicace à Bashung.
Prends le temps de lire tranquillement, les mots se dégustent et ne s'avalent pas. Mais ça tu le sais déjà !

Belle journée :note:

D'étoilement :et:

Sara Do
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...
Charlie

Les mots c'est comme les touches précieuses d'un accordéon de cristal : pour en faire de la musique il faut déjà inventer la partition...

Dernière modification le 04-05-2009 à 11:04:33

0 appréciations
Hors-ligne

C'est tout à fait ça... et pour l'écritude :

"c'est une question d'amplitude, voire d'amplitude... C'est un art où les mots prennent coprs et les lettres dansent..."

Sourire :et:

D'étoilement !
sara do
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...
Charlie

Ben je passais par là j'ai vu de la lumière alors je t'ai déposé un poème de mathématiques...


AU NOM DE LA ROSE


Les prières au poing et la marmaille au cœur
Nous partons en ce jour en réponse à l’Appel
L’âme tibétaine l’esprit pacifiste et sauveur
Poser les drapeaux blancs devant les trains cruels

Nous partons le cœur chaud et léger
Au bord des routes de France et du monde
Nous partons avec honneur et loyauté
Remplir les greniers que les enfants sondent

Nous allons par les chemins et les maquis
À l’heure où sont hissés les drapeaux rouges
Sauver les Républiques et les démocraties
Nous allons sauver les lèvres qui bougent

Nous partons le cœur lourd de connaissances
Des mots torture fusillade canons condamnations
Dire à ces derniers dictateurs notre science
Et souffler jusques aux abîmes la sous-nutrition

Nous allons en sauveurs déterminés et savants
Dire l’Éthique la Justice la Paix et la Philosophie
À ces faiseurs de morts et d’enfants mourants
Nous allons avec les oreilles de la Raison et de la Vie

Donner à La Terre la promesse pour l’Avenir
De l’apparition et de la découverte des espèces
Nous allons lui promettre de ne la faire mourir
Nous allons pour ses trésors et ses prouesses

Lui rendre son éclat ses couleurs et nous y adapter
Ne nous rendant ni son maître ni son bourreau
Nous allons selon les comètes et les voies lactées
Lui promettre les talents d’un vannier pour le berceau !

Nous allons peindre partout et sur la toile informatique
En semant en cultivant les graines de connaissance
Les jardins de fleurs et les cultures que l’on pratique
Et la Juste économie qui se prénomme Décroissance

Nous allons pour l’Équilibre d’une Juste Répartition
Tenir ensemble la plume qui inscrira le Plaidoyer
Qui prouvera que pour la Terre et pour les Nations
Doivent devenir plus que des espoirs nos actes rêvés

Car quand on espère en s’en remettant peureux
À croire qu’au-dessus de nous meneurs et tartempions
Sauront trouver bouées canots de sauvetage et solutions
C’est bien un leurre disent les penseurs et c’est honteux

De croire que la Relance de croire que la Croissance
Sont autre chose que des Bombes et des diffamations
À tous les peuples qu’ils soient ailleurs ou bien la France
Et que quand meurt l’enfant c’est leur Affront

À ces bourses tueuses à ces tyrannies économiques
À ces tronçonneuses à ces brûleuses de forêts innocentes
Et qui font durer l’Infamie la soif et la Famine en Afrique
Comme ailleurs dans le monde où se meurent les Atlantes

Nous partons par les villes du monde et par les champs
Nous partons par encres par paroles et par navires
Nous partons au combat et prononçons unanimement
Que seules la Liberté et la Vie doivent Advenir !
Charlie

Dure la vie de poète. Mais j'ai déjà écrit mon dernier poème, celui, le final, du carnet vosgien. Tu trouveras sur www.lipsheim.org Le Carnet d'Italie, que j'ai écrit dans le Piémont alors que j'étais avec ma petite amie berger de vaches et fabricant de fromage. Le travail était dur, je dormais, j'écrivais, je buvais de ce bon vin biologique de la Valli Unité, coopérative bio italienne où je fus apprenti vigneron. À mon retour en France les vendanges dans le Beaujolais, la cuite en coupant le raison, le sang mêlé au vin parce que je me suis coupé avec le sécateur : douloureux j'ai versé mon sang sur les billes sucrées et je savais que c'était étrange. Voilà j'ai plein de souvenirs à te raconter de ma vie de poète. Aujourd'hui ma retraîte est un dessinateur. ROMAIN.

Dernière modification le 13-05-2009 à 11:45:38
Charlie

ROME, HOMME, SENTIER DE LA TYRANIE. LES DANSES DE VEVUS POYTREZANTILENT RENAN AU MARCHÉ DE NANTES.

0 appréciations
Hors-ligne
Coucou Charlie,

Je me réveille d'un trop plein de travail... Ton texte AU NOM DE LA ROSE est un vrai délice et parle au coeur des hommes... véritable plaidoyer, n'est-il pas ! heureusement que la plume sert d'exutoire à la bétise humaine...

Merci de donner un peu de toi en partage, de ton passé, de cette histoire de vie qui forge le coeur et l'homme... Je suis fille de la vigne, elle s'enracine dans les profondeurs de mes veines en générations lointaines...
Berger, le fromage et la vie qui s'ensuit. Je vais aller voir ton carnet d'Italie et t'en ferai retour...

Je te souhaite une belle fin de journée...
D'étoilement !
sara do
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...
Charlie

Heureux de penser que tu vas voir le carnet d'Italie, dont la relecture, parce que les textes m'apparaissaient si souvent ridicules, sans personne à qui le confier, a souvent été douloureuse. Merci pour ton commentaire sur "Au nom de la rose", je ne le savais pas, je pensais à autre choses...

Tui peux m'appeler Jean, je m'appelle >Romain.

0 appréciations
Hors-ligne
??? Jean ou Romain... tu m'expliques juste un peu :note: si tu veux bien
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...

0 appréciations
Hors-ligne
Il faut que tu vérifies le lien que tu mets sur le forum car quand je clique dessus, voilà le retour : carnet-vosgien.blogspot.com a été supprimé...

D'étoilement!
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...
Charlie

Charlie est mon nom de scène, Je m'appelle Romain mais mon deuxième prénom : Jean.

Dernière modification le 19-05-2009 à 14:42:49

0 appréciations
Hors-ligne
Merci Charlie :note: et dis-moi simplement comment tu souhaites que je t'appelle usuellement

de ta réponse... je suis allée sur l'autre site et j'ai voulu te laisser un commentaire sous les textes, mais je n'ai pas trouvé la case alors j'ai laissé un message dans la case contact... ce site est magique et j'en parlerai dans une newxletter, ça c'est sûr...

d'étoilement :et:
sara
L'accordéon parle aux étoiles et de ses notes, naît, l'accord des âmes...
Charlie

Usuellement, j'aime autant que tu m'appelles Romain, je me suis inventé tellement de noms sur internet qu'il est bon pour moi qu'on m'appelle par mon vrai prénom. Charlie c'est pour quand un terrien ou une terrienne a mal au coeur, il ou elle pense "Charlie" et je tente un tour de Magie.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 186 autres membres