Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie

Vendredi 1+ 3 = 0 T'as zéro ! T'es zéro ! Et non ! T'es pas un héros !

Début de l'histoire : Ô gentillesse d'un vendredi 13... 

 

 

Vendredi 1 + 3 = 0

 

 

 Atelier d'écritude TerraGalice.jpg 

 

 

T'as zéro ! T'es zéro !

Et non ! T'es pas un héros !

 

 

 

 

Le vendredi 13 dit 
"Depuis des lustres je porte chance et depuis peu, je suis journée de la gentillesse."

 

La chance s'épanouit. Elle se dit qu'elle a bien de la chance d'être aussi bien vue de par le monde. La gentillesse lui sourit, alors, surtout que ça continue comme ça.

 

 

Le vendredi 13 dit 
"Depuis des lustres la chance profite de sa chance et se porte comme un charme. Elle sourit au gagnant du loto, à celui du tiercé, sans oublier la chance en amour..."

 

La chance sourit toujours.
Elle se pointe à l'heure du hasard en mode inconnu, comme la providence. Pas la peine d'y croire ? L'attente ne profite jamais quand elle se nourrit du doute.

 

 

Le vendredi 13 dit :
"J'en ai marre ! On attend de moi toujours la même chose ! La chance, la chance, la chance..."
La chance fait la gueule.
Dépitée, elle se met à pleurer toute seule et d'un coup se retrouve en manque de chance. Fini la gentillesse ! La malchance est en marche.

 

 

Le vendredi 13 dit :
"Attention, la chance est en perdition. Trop d'années passées à amasser, posséder, profiter sur le dos de l'un et de l'autre sans répartir les richesses, sans rendre à chacun la part qui lui est due..."

 

Décidément, c'est pas de chance !

De loin se pointe un groupuscule d'individus sinistrés, carencés, en manque d'identité. 
La chance a la vue brouillée. Elle reste sur le carreau, seule, au ras des pâquerettes. La chance pleure.

 

 

Le vendredi 13 dit :
"Je m’ennuie ! Qui va venir enluminer ma vie, si la chance ne tient pas ?"

 

Malchance au poing !

Pas-de-chance, l'obscurantisme, se pointe un vendredi 13, tuant la gentillesse sans crier gare. Il se faufile vers Paris, la belle capitale. Il se la joue number six, au cri d'un "Allah akbar" hurlant à tort et à travers. 
Pas-de-chance, ressemble d'un coup à la terreur, frappant au hasard une telle, un tel et puis pas l'autre.
La chance ne comprends plus rien. Elle est désarçonnée par cette malchance, inconnue jusque là. 

 

Pas-de-chance, n'a ni couleur, ni religion. C'est une horreur à l'état pur, qui frappe sans crier gare, un jour de chance plein de gentillesse.

 

 

Le vendredi 13 dit :
"S'il en est ainsi, je retourne au calendrier lunaire et demande aux temps à venir, de rayer mon nombre de la carte des mois. Plus jamais je ne veux être un vendredi 13 ! ».

 

Plus de vendredi 13, comment est-ce possible ? La chance s’évanouit...

 

 

La chance perdue, se sent comme une coquille vide, n'ayant plus de quoi nourrir son imaginaire. Les contes de fée, les princesses aux charmants princes, les doux rêveurs, les fleurs de poète, Ulysse et Pénélope à jamais endormis... Le mythe enfouit, plus rien ne bruit. 

 

 

La chance tente alors le coup de la dernière chance, essaye de consoler les "pas-de-chance" de l'instant. Mais ils ne peuvent l'entendre, c'est trop tard ! Ils sont morts, laissés pour compte sur le carreau, au ras des pâquerettes, un vendredi 13 puant de gentillesse, qui ne ressemblera plus jamais à un jour de chance. La malchance a gagné en semant l'horreur et la haine. La gentillesse ne sait plus vers qui se tourner ?

 

 

 

Cher vendredi 13,

 

Je t'affirme que la chance n'est point perdue ! Qu'il y a en elle des contes de fée, des princesses aux charmants princes, des doux rêveurs, des fleurs de poètes et même Ulysse et Pénélope. Je te jure qu'ils sont bien réveillés ! Qu'ils sont force d'indignation, de révolte, de résistance. Le mythe n'est pas mort ! 

 

 

Allez vendredi 13 ! Regarde droit devant toi et vois comme Paris se relève. Paris est debout. Paris est invincible. Paris sera toujours Paris, ville lumière que la terre entière nous envie.

 

 

La liberté n'est pas une question de chance ou de malchance. Elle est en nous, ancrée dans nos veines et même touchée à vif, la liberté fait front ! Mais ça Daech, t'es trop pauvre d'esprit, trop "con-cerné" au pied de la lettre, pour ne serait-ce qu'un instant effleurer ce sentiment de liberté.

 

 

Sais-tu que demain "pas-de-chance" et tes sinistres avatars, ne vont pas l'emporter au paradis ? 
Sais-tu que c'est l'enfer qui t'attend, toi et tes sbires ?

 

 

D'abord "Allah akbar" n'est pas un cri, c'est « Allahou akbar » qu'il faut chanter. 

 

 

Mais faudrait-il pour le savoir, que toi et ta clique, représentants d'un Dieu qui n'existe pas, ayez un peu d'intelligence pour être en capacité de réfléchir par vous-même. Vous n'êtes que des « copier/coller » avatarisés du cerveau, au nom d'un Dieu qui ne vous reconnait pas et au nom duquel vous profitez, abusez, terrorisez l'humanité, sans oublier de la violer au passage. 

 

 

Si Dieu est grand, il n'est pas dans vos bouches et par vos bouches, parole de vérité. C'est le diable qui vous animent.

 

 

Vendredi 1 + 3 = 0

 

Daech

T'as zéro ! T'es zéro !

T'as rien d'un héros !

 

 

Sara Do ♥

 

 

 

PS : j'ai le coeur en bas des marches, je viens vers vous avec mes mots parce que c'est tout ce que j'ai. Je vous les livre, vous les délivre, avec amour, tendresse, amitié étoilée... avec l'espoir que jamais vous ne soyez touchés par cette horreur là. Soutien vers les familles et tous les proches des victimes de ce funeste jour.

 

 

 

D'étoilement ♫♪♫

 

 

 

 

 

1 Atelier d'écritude Terragalice vu par Florence Loyez.jpg

 

Atelier d'écritude TerraGalice

Phot'à Flo Loyez

 

 



15/11/2015
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres