Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie

Reverend Peter Antony Moran : Aberdeen à Sablé sur Sarthe

Belle rencontre ! j'ai eu le bonheur d'interviewer Peter Moran, Evêque d'Aberdeen en écosse. Je vous livre ici cette rencontre à Sablé sur Sarthe, un samedi en passant... D'étoilement.

 

Quand Aberdeen 

vient à Sablé sur Sarthe...

 

 

Paroles d'enfants, paroles de jeunes. C'est le thème choisit par l'équipe de rédaction de notre journal favori. Bon, bon, d'accord ! On va voir ce qu'on peut faire… Et si j'interviewais un Evêque ?! Hahaha ! Un Evêque, à Sablé sur sarthe. Il y en a qui ne doute de rien. Ben, quoi ! Ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre un Evêque.

 

 

 

Reverend Peter Antony Moran

 

 

Il fallait être à Sablé sur Sarthe, ce dimanche … à 12h30… à déjeuner… rue Saint Nicolas… Où ça ? Au presbytère, bien sûr ! Mais alors, vous l'avez vu ? Oui, oui ! Et c'est comment un Evêque ? Tout a fait normal ! Et il est d'où cet évêque ? D'Aberdeen en Ecosse ! Et c'est où ?

 

 

 

 

Attendez, n'allez point trop vite et Chut ! Ecoutez ! L'Ecosse, Aberdeen, à sablé sur Sarthe… Ca fait rêver !

 

… Dans notre petite ville des pays de la Loire, l'Ecosse vient à nous par une visite et quelle visite !  Mgr Peter Moran, évêque du diocèse d'Aberdeen passe une semaine de vacances chez nous.... Sachez pour la petite histoire qu'il a été curé dans ce même diocèse pendant 24 ans de 1979 à 2003 avant d'être nommé évêque et ordonné le 1er décembre 2003. Nous pouvons dire que nous avons parmi nous un jeune évêque !

 

 

Le diocèse d'Aberdeen, c'est grand ou petit ?  Il y a beaucoup de monde la-bas ? Oui, oui, enfin, tout dépend de quel point de vue on se place. Le diocèse d'Aberdeen, d'une grande étendue, est un petit diocèse par la taille en nombre, mais grand par le cœur.

 

Concernant les catholiques, ils représentent 3 % de la population. Trois pour cent de la population, vous êtes sûr ?! Non mais, dites donc ! Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Msg Moran et il sait de quoi il parle. Cela correspond au même nombre de paroissiens de notre bonne ville de Sablé sur Sarthe. Pour le diocèse tout compris il y a 45 curés, dont certains sont mis à disposition par des ordres religieux tels que les  jésuites par exemple… 1 paroisse peut compter jusqu'à 50 villages.

 

 

 

 

Aberdeen est situé au Nord Est de l'Ecosse sur une grande étendue de terre. Ce territoire possède quelques-uns des paysages les plus magnifiques d'Ecosse, avec une nature sauvage intacte à certains endroits. Des sommets parmi les plus hauts du pays plongent, au nord et à l'est, vers un littoral très préservé et caractérisé par de pittoresques villages de pêcheurs. Plus de la moitié des distilleries de whisky d'Ecosse se trouvent aux portes d'Aberdeen.

 

 

A ce territoire s'ajoutent deux archipels :

Les îles Orkney (Orcades) dont Kirkwall, la capitale de l'archipel, est un gros bourg dominé par la magnifique cathédrale St Magnus, qui raconte l'histoire des invasions nordiques et les îles Shetland qui se trouvent au nord du continent. La musique traditionnelle y est très vivante, avec de nombreux festivals tout au long de l'année, et notamment le Shetland Folk Festival en avril et le Shetland Accordion and Fiddle Festival en octobre.

  

Dans les îles d'Orkney (Orcades), on peut visiter des vestiges préhistoriques de Skara Brae et dans les îles Shetland, on peut se plonger dans l'héritage nordique où l'histoire remonte à plus de quatre millénaires. 

 

Msg – « Pour vous donner une idée de l'étendu du territoire, sachez qu'en partant d'Aberdeen,  il faut 12 h par bateau pour atteindre Lerwick, la ville principale des îles Shetland. Un curé est présent dans chaque archipel….» Ce qui est peu, au regard de l'étendue du territoire.

 

Un autre diocèse ?!

Dans les Highlands du Nord-Ouest on trouve une série d'îles «  les Hébrides ». Ce diocèse a une particularité et par des moindre. On y célèbre la messe en gaélique qui est la langue maternelle des grands parents et des parents. Actuellement, la tradition celtique se maintient et connaît un renouveau général.

 

 

 

 

 

Et les jeunes dans tout ça ?

Il y a une équipe diocésaine pour les jeunes 16-25 ans et une coordinatrice est présente à temps plein pour développer des activités. Ce groupe de jeunes garçons et filles se réunit 3 à 4 fois dans l'année pour échanger autour d'un thème. Ces retraites durent le temps d'un week-end et permettent de mettre en place des activités concertées. Pour exemple : les JMJ de Toronto en 2002. Le prochain voyage aura lieu en août 2005 où une vingtaine de jeunes, accompagnés de Msg Moran, participeront aux JMJ de Cologne.

 

Msg – « A Aberdeen sur le diocèse, nous avons un noyau de jeunes bien engagés, peu nombreux, mais fort en action et en investissement. »

 

 

clic image

 

 

Et les enfants dans tout ça ?

Msg Moran a une position très claire sur la place des enfants dans l'église et notamment à la messe du dimanche. A la question concernant la présence des tout petits, sa réponse est claire :

Msg - « je préfère que ces petits enfants viennent à la messe et se placent au premier rang… Qu'ils soient là à rire et même faire des bêtises… les parents hésitent par peur du regard de l'autre et c'est dommage… »

 

A la Question, qui parle à qui ? Les adultes n'ont qu'à bien se tenir !

Msg – « Quand je parle exprès aux enfants pendant une messe de confirmation, ce sont les adultes qui écoutent. Alors ! Les garçons ou les filles, quand vous venez à la messe, vous avez probablement l'impression que le prêtre parle au dessus de vos têtes et s'adresse aux adultes. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas, aujourd'hui, je vous parle à vous. Les autres (adultes) peuvent écouter, s'ils le veulent et s'ils le peuvent écouter. C'est évident, quand on dit cela, les adultes écoutent, mais ce n'est pas si grave s'ils n'écoutent pas ! … Aujourd'hui, je fais encore la messe pour les enfants même si l'adulte n'écoute pas…»

 

Un autre exemple :

Msg - «  il y a quelque temps de cela, j'étais à Lourdes où je célébrais une messe. Un enfant de 18 mois pleurait dans les bras de sa mère et pour ne pas déranger la cérémonie, des personnes sont intervenues. L'enfant a été emporté et  remis à sa grand-mère quelques rangs plus loin… Personnellement, j'aurais préféré qu'ils ne le fassent pas…  Si Dieu nous accepte comme nous sommes, pourquoi mon voisin ne m'accepte pas comme je suis !? »

 

Comment se passe l'enseignement religieux en Ecosse ?

Msg - « Les élèves qui finissent le primaire à l'âge de 12 ans vont dans un lycée interconfessionnel où  un enseignement religieux est proposé. Cet enseignement est dispensé, même dans les lycées qui ne sont pas catholique. A la différence du système français, ici, les écoles religieuses sont publiques et dans notre diocèse, il n'y a que 7 écoles catholiques… En Ecosse la confirmation se fait à 10-12 ans.»

 

En écosse l'école catholique reste publique. C'est l'autorité publique qui prend contact avec l'autorité ecclésiastique pour le choix des enseignants. Les classes intègrent des cours de religion, c'est obligatoire. Il y a 5 écoles primaires et 1 lycée qui se répartissent de la manière suivante :

1 école pour les handicapés

4 écoles primaires plus ou moins normales

1 lycée secondaire qui compte environ 1100 élèves

 

Pour la petite histoire :

Msg  - « Dans toutes les écoles les proviseurs étaient nos amis et nous comptions pour être leur amis aussi (la religion n'étant pas quelques chose qui leur faisait peur).

On se répartissait les écoles par périodes s'étalant sur les trois trimestres. Tous les enfants me voyaient et pouvaient me rencontrer, même si je n'était pas forcement dans toute les classes (cela aurait été impossible).»

 

Comment cela s'organisait-il ?

Msg – « Par exemple, je pouvais venir une matinée toutes les 2 semaines, le mercredi matin de 9 h à 12 heures. Chaque semaine, j'étais dans une école primaire avec des élèves âgés de 5 à 12 ans et en lycée aussi avec des élèves de 13 à 18 ans. Le professeur m'informait du thème choisit pour le trimestre à venir, par exemple « l'Europe » et je basais mon intervention en lien avec ce choix. Dans ce cas précis, je suis intervenu sur les pèlerinages de Rome, Lourdes et Compostelle… Tout ceci se passait quand j'étais curé dans cette paroisse et c'est quelque chose qui me manque, maintenant que je suis évêque….»

 

Une problématique particulière aux jeune : L'assurance de sa foi ou comme s'affirmer face au regard de son voisin !

Les écoles secondaires accueillent des élèvent catholiques (rappel 3% de la population)…

Msg – « il y a toujours la peur des moqueries pour tous les croyants, qu'ils soient protestants, catholique ou de toutes autres confessions (raison, pour laquelle la confirmation a lieu entre le primaire et le secondaire.) Cela n'évite pas les questions embarrassantes ou les moqueries, mais cela donne la force d'y répondre… »

 

Donner du sens à sa foi !

Msg – « Quand vous irez en école secondaire, à la question : alors tu es catholique, pourquoi ? Tu pratiques la messe ? Pourquoi ne pas répondre : prends ton portable appelle ton curé. C'est vrai que le curé aura une bonne réponse, ou moi en tant qu'évêque, peut-être… Mais qu'est-ce qui est le plus important ?! C'est votre réponse que veut entendre le copain… pas celle du curé… cela pose la question du sens de la foi et qu'elle assurance j'ai au fond de moi… »

 

Quand l'évangile joue des ondes !

Par ailleurs, Msg Moran a vécu une expérience riche, humainement parlant, à travers les ondes d'une émission de radio. Laissons-le nous raconter en mots, cette histoire extraordinaire :

 

Msg – « En l'an 2000, le clergé du coin avait reçu l'invitation de présenter tous les jours une réflexion religieuses à une émission de radio. Au cours des mois et des années qui suivirent, j'en ai présenté 120.

 

Le plus  important fut la découverte que ce programme était écouté dans tous les bus scolaires qui emmenaient les élèves en classe...  Il s'agissait d'expliquer des phrases bibliques dans notre quotidien. »

 

Tiens, donc ! L'évangile déploie ses ailes et s'envole dans les airs. Comment se fait-il ?

Msg – « Par exemple et cela n'est qu'un exemple, quelqu'un dit : je suis arrivée à la onzième heure… c'est une façon de dire que je suis en retard. Mais à l'origine de l'histoire biblique pour ceux qui sont arrivés à la onzième heure - c'était de la générosité de Dieu, qui nous accepte, même après une vie sans beaucoup de réflexion en lien avec Dieu. Cela veut dire que les catholiques et les chrétiens qui ont toujours vécu pratiquants, ne doivent pas rejeter ceux qui arrivent en fin de vie sans lien avec Dieu. On pourrait dire, aussi, que quand un fils ou une fille appellent le prêtre au chevet de quelqu'un qui est en train de mourir et qu'il n'a jamais vu auparavant, celui-ci ne doit pas dire : tu es là depuis quarante ans et je ne te connais pas. Il faut plutôt dire «  Ha bon, encore quelqu'un dont le cœur a été touché par Dieu, même à la onzième heure ! … »

 

La voilà la belle histoire !

Msg - « Le plus important est que la radio diffusait cette minute biblique à une heure de grande écoute sur les ondes. Au moment ou les jeunes prenaient le car pour aller à l'école et, alors, j'avais un auditoire d'élèves du secondaire et aussi du primaire qui écoutaient la radio (je précise qu'il s'agit d'une région agricole avec beaucoup de petits villages alentours où il n'y a pas d'école). Je touchais par le biais des ondes, environ 25 000 jeunes sans m'en rendre compte… »

 

Monseigneur Moran pense qu'il faut accepter une version adaptée de la doctrine religieuse, en lien et applicable au quotidien.

 

Dans beaucoup de Paroisses le problème du catéchisme se pose : c'est le même système qu'en France. Ce sont des bénévoles qui organisent l'éducation religieuse. Il y a le problème du choix de la méthode, mais c'est plus un problème d'adaptation.

 

L'histoire exemplaire d'une famille des îles Shetland !

Msg – « L'an dernier pour la préparation d'une communion, cette famille s'est déplacée plusieurs fois d'une île à une autre pour participer à une bonne préparation. Cela signifie un parcours de 200 km de route en un week-end. Alors que sur Aberdeen, il y a parfois des difficultés a rassembler les enfants un samedi matin pour 2 km de route.

Les personnes ont des objections : « ici c'est notre paroisse, pourquoi devons nous aller à l'autre paroisse… » Mais s'ils étaient aux îles Shetland ils le feraient volontiers…. »

 

Querelle de clocher ! ? Oui, oui, même en Ecosse !

Msg – « Il peut y avoir un problème entre deux villes : 1 curé, 1 paroisse, 2 villes… ces 2 villes ne se comprennent pas et ne veulent pas se rassembler. »

 

 

Pourquoi notre bonne ville de Sablé sur Sarthe ? !

Msg – « Même si je ne suis évêque que depuis deux ans, je veux que vous sachiez que je viens sur Sablé depuis de nombreuses années, au moins une fois par an. Je disais ce matin à Alain (prêtre de Sablé) que je me souvenais d'un déjeuner autour de cette table où il y avait une dizaine de prêtres de la région. C'était quand le père Bruno a été nommé curé  d'Ecommoy…  Je viens ici probablement depuis 1996, j'en suis sûr et j'ai connu Alain Paillard, quand il était curé sur Allonnes. Sablé est devenue une étape de mes vacances annuelles et j'aime être en lien avec les paroissiens de cette ville. »

 

Petite histoire de vie pour mieux vous connaître !

Msg – « Je suis issu d'une famille d'enseignants et j'ai été professeur de séminaire. Ma sœur aînée qui est devenue religieuse, a fait des études de pharmacie, puis elle est devenue missionnaire. A l'époque, nous pensions qu'elle s'était échappée du cadre enseignant. Mais quand elle est arrivée en mission aux philippines avec son diplôme de pharmacie, ses supérieurs religieuses ont dit : - Ha bon ! Une diplômée en sciences. Alors tu vas enseigner la biologie au lycée catholique. Sur 3 sœurs, l'aînée est missionnaire, la 2ème est veuve et la 3ème a épousé une espagnole. Elle vit en Espagne où elle fait des traductions de livre au niveau professionnel.

 

 

 

 

Hélas, il faut se quitter…

J'espère vous avez fait un beau voyage au cœur de l'Ecosse. Nous pouvons remercier Msg Peter Moran, d'avoir eu la gentillesse de nous transmettre son expérience vécue en tant que prêtre et évêque par la suite. Qui sait, peut-être qu'un jour ce sera Sablé qui visitera l'Ecosse ? !

 

 

D'âme Sara Do

 

 

Découvrir le site du Diocèse d'Aberdeen :

 



08/05/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres