Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie

Ô Serpillière... de méchante humeur !

Ode à ma Serpillière... de méchante humeur !

 

 

Photo : Riou Cyrille (*)

 


 
 Ô Serpillière de méchante humeur, 

 

ouvre-moi ton coeur.
 
 
ô serpillière
mon amie de toujours
j'attends le jour levé
pour te porter amour
d'un balais jolie brosse
à mes pieds déployé
j'élève en farandole
une ode à ta beauté...
 


Avis de tempête ! j'suis de méchante humeur….
 
J'aime pas ! Mais alors j'aime pas le ménage ! Ça m'encrasse le cerveau lent en lieu et place du lino blanc. Le sol me traîne les pieds à peine le jour levé et me déprime quand vient la nuit. Tiens un petit air dans ma tête :
La nuit quand revient la nuit, tout seul je m'ennuie, je pense à toiii..!!! Johnnyyyy reviens je t'en prieee... 
oups ! Mes voisins... ... baisse d'un ton ! 
 
Ce n'est pas le tout de chanter ! Je dois travailler ! Broder les mots au point de croix pour en faire des sanglots longs de bas nylons. Ah ! non ! Pas des bas nylons, des bas de soie, quoi ! Tu ne comprends pas ? C'est plus joli de dire des bas de soie que, j'ai le moral en bas de chez moi ou encore, j'ai le moral en bas de mes chaussettes de laine. Tout est une question de point de vue et de ce point de vue là, des bas de soie, çà brille et c'est bien mieux, que de filer un mauvais coton.
 
Tu me diras, je file un mauvais coton et je file aussi mes bas, mais çà, il ne faut pas le dire.
zut ! Dans la brume de mes pensées, le brouillard dense des sentiments vagues me file le bourdon. Il est temps de sonner la sonnette d'alarme.
 
La sonnette a un son délirant, comme sa maîtresse. Enfin, je veux dire la locataire du lieu de vie. Elle pousse la chansonnette avec une voix de faussette. Çà lui donne l'impression que tout va bien dans la maison. Mais rien ne va plus ! Alerte à la bombe humaine et cri qui tue. Tiens, un autre petit air dans ma tête :
La bombe humaine tu la tiens dans ta main, tu as l'détonateur juste à côté du cœur. La bombe humaine, c'est toi elle t'appartient, si tu laisses quelqu'un prendre en main ton destin, c'est la fin... La fin...

Je vais aller faire pousser des haricots blancs sur l'autoroute qui va à Rennes. Pourquoi Rennes ? Parce que c'est la route qui mène à Ouessant et comme ça je suis sûre de ne pas me tromper pour y arriver. N'arrive pas à Ouessant qui veut ? Tiens, encore un autre petit air dans ma tête: 
C'est un endroit qui ressemble à la Louisiane, à l'Italie, il y a du linge étendu sur la terrasse et c'est joli... On dirait le Sud... lalala.

Pourtant c'est loin d'être le Sud Ouessant. C'est près du grand Tonnerre de Brest de chez Cap' Haddock. Pas le genre qui se la joue taille fine et petit doigt levé à l'heure du thé, mais plutôt Whisky à toute heure.
 
OUESSANT t'es où ? Tu manques Graves de Bordeaux. Heu…! Non ! Grave de cidre. Pfff!!! M'enfin ! Grave de la bolée quoi !?
 
Sablé sur Sarthe, ville de tous les cafards.
 
Grève ! Pas cours ! Camille rentre à la maison le sourire aux lèvres. Maman j'ai 14/20 à mon contrôle de physique Chimie. Quand je pense à sa dernière instit de primaire, elle en avalerait sa langue de vipère LOL
 
 
Ô Serpillière, lave
Comme toi seule sait le faire
Décape mon cerveau lent
De mes mots bas de soie
Je te promets à l'avenir
De te chérir pour la vie
 
psss... cours toujours !
 
 
C'était le billet d'humeur de ma serpillière adorée, qui lave plus blanc que tout au monde. Tiens pour finir, un dernier petit air dans ma tête :
Plus que tout au monde, J'aime te l'entendre dire Et pour rien au monde, Je ne laisserai un autre te dire, Que tu comptes plus que tout...

Sara Do(te)
 
 

 

(*) Découvrir le site de Cyrille, Phot'au regard :

http://cyrille-riou.blogspot.com/



12/10/2010
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres