Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie

La vendeuse de panier

 

 

A cause ou grâce... à une photo ! Un panier de bonheur, contre un panier de malheur...

 

 

 

La vendeuse de panier

 

 

 

fête de la musique 2014 by Sara Do 4.jpg

 

En fait, personne ne savait rien d'elle.

 

 

Les gens se posaient beaucoup de questions et les réponses semblaient aléatoires, selon le bon vouloir des uns et des autres. 

 

Mais dans le fond, personne ne savait rien d'elle.

 

Elle était là dans le paysage depuis tellement longtemps. Elle n'avait pas d'âge. Elle vivait hors du temps.

 

Parfois, elle souriait.

Parfois, elle pleurait, aussi.

 

Le plus souvent, seules ses rides semblaient mots-dire pour elle.

Les rides de toute une vie.

Les rides, ça parle aussi.

 

Chemin faisant, l'heure était à l'ouvrage.

Elle travaillait tout le temps. Elle faisait de jolis paniers tressés avec ses doigts de fée. Le jonc semblait s'assouplir, se tordre, se redresser, s’affaisser à nouveau sans un craquement dans l'air. Seul, le silence semblait respirer l'air alourdi par un soleil de plomb.

 

Sur le marché du village, sa place était réservée. La même, depuis toujours. Du plus loin qu'on s'en souvienne, elle avait toujours été là, droite dans sa robe de bure. Elle n'était pas nonne, non, et encore moins grenouille de bénitier. Le curé se méfiait d'elle et de son aura qu'il pensait maléfique. Surtout ne point maudire sur elle... Sait-on jamais ?

fête de la musique 2014 by Sara Do 3.jpg

En fait, personne ne savait rien d'elle.

Elle soignait, comme elle tressait les paniers.

 

La nuit tombée, d'un mal à l'autre, elle prenait tous les malheurs confiés pour en faire des moins que rien. Au jour levé, elle respirait de tout son être le renouveau et filait le parfait amour sur un métier qu'elle chérissait de tout son coeur. Contre un panier de malheur, elle vendait un panier de bonheur.

 

En fait, personne ne savait rien d'elle.

 

Les gens se posaient beaucoup de questions et les réponses je m'en moquais bien. Je voulais juste vous parler d'elle, belle d'âme passante. Elle est en moi, elle est en vous, depuis la nuit des temps, elle vaque ici, là et ailleurs.

 

Aujourd'hui, elle m'a dit... Viens !

 

Alors, j'ai laissé reposer tous mes petits papiers de mots d'hiver, pour lui faire toute la place. Je me suis mise à tresser un joli panier avec les brindilles trouvées dans mon jardin. Une fois celui-ci fignolé, je l'ai rempli de mes petits papiers de vers.

 

Elle m'a dit... Voilà, tu es guérie !

Personne ne pourra plus jamais t'atteindre, car tu sais tresser, toi aussi, les maux des uns avec les maux des autres pour en faire des mots bonheur.

Ton panier est rempli de tous tes mots-coeur ,

de toutes tes notes de vie...

fête de la musique 2014 by Sara Do 5.jpg

Voilà, tu es guérie !

 

Demain, toi aussi, tu seras sur la place du marché et tu donneras tes vers luisants aux passants. Toi aussi, tu récolteras leurs mots dits maux et tu en feras des m'eaux de vie, coulant de source au cœur des Hommes.

 

Demain sera et toi, tu vivras !

 

Ils diront - en fait, personne ne savait rien d'elle.

 Elle écrivait des mots dits vers qui s'aiment, 

contre des maux d'hiver en thème.

 

 

Sara Do, le 22 juin 2014.

 

  

Spéciale dédicace aux ombres de Malicot.

 

... Le soir de la fête de la musique, l'Atelier Malicot avait ouvert ses portes et dans un coin au bord de l'eau, c'est là qu'elle m'est apparue...

 

L'atelier Malicot, Sablé sur Sarthe en 1 clic : Atelier Malicot

 



22/06/2014
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 166 autres membres