Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie

Au bord du monde

Brouillon de nuit sous la pluie...

 

 

Au bord du monde

 

 

Sur le bout de mes doigts

J'ai compté

Un,  deux,  trois.

Et après ?

Et après !

Y'avait plus rien à venir,

Plus rien à dire.

Et après ?

Et après !

Je suis restée là pour voir,

Mais y'avait rien à voir.

Je suis restée là en devoir,

Au bord de mon espoir...

 

 

Au bord de ma vie,

Je me suis assise,

Pour regarder la couleur du vide,

Pleurer ma peine en vers de gris.

Y'a comme une envie de rien

Qui se remplit,

Au bord de ma nuit.

 

 

Sur le bout de mes doigts,

J'ai compté un peu trop sur toi.

 

Et après ?

Et après !

 

Même qu'au-delà de moi,

Y'avait encore toi.

 

Et après ?

Et après !

 

Au bout de moi

Rien d'autre en panorama.

Le vide,  c'est le bout du monde.

 

 

Sur le bord du monde

Un, deux, trois.

Ca fait toujours toi !

Pas d'explication,

En multiplication.

Juste une faute d'attention

ou d'inattention ?

Juste une faute de mot à mot, 

Une faute d'inspiration.

 

 

Au bord du monde,

je me suis assise

Pour voir à la ronde

comme le monde est gris.

J'ai pris la tristesse

en voile de nuit,

Pleuré mes accords 

en note de vide.

 

 

Y'a pas de folie plus grande

Que d'aimer la pluie.

Y'a pas que le noir et blanc

Dans le fond du gris.

C'est juste un air de rien

Qui ressemble à rien.

C'est juste un cœur en traverse

Sur  le bord chemin.

un puits, sans fond

de désespoir.

 

 

Sur le bout de mes doigts

j'ai compté

 Un,  deux,  trois.

Et après ?

Et après !

Y'avait plus rien à venir !

Plus rien à dire !

Et après ?

Et après !

Si.

Aujourd'hui c'est lundi,

il pleut des yeux !

 

 

 

Sara Do 


 

 

 

A toi, d'eau delà…



12/09/2008
19 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres