Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie

Attends, un peu... (ébauche)

 

Attends, un peu...          (ébauche)

 

 

 

 1 Sara Do by Kamo 2014 600.jpg

Sara Do @ la phot'à Kamo 2014 (*)

 

 

 

 

Attends,

j'ai pas encore tout dit,

c'est pas l'heure de partir,

laisse-moi juste le temps,

de te dire un sourire, 

laisse-moi juste le temps,

attends encore un peu...

 

 

Bercée dans mes pensées,

je revois ton image,

d'il y a longtemps déjà,

je cherchais mon chemin

des petits bouts de pain,

des petits bouts de rien,

je n'étais pas bien sage.

 

 

Solitaire dans ma tête

à ne savoir que faire,

de quoi sera demain ?

quel sera mon destin?

J'ai pas le mot de la fin,

ça n'a pas d'importance,

mon coeur est en partance...

 

 

Juste une larme écoulée,

juste le temps d'espérer,

avoir juste le temps,

de te dire sans rien dire,

un regard, un soupir,

une joie d'exister,

de t'avoir rencontrée,

un matin de juillet...

 

 

 

Attends, j'ai pas encore tout dit,

 c'est pas l'heure de partir,

 laisse-moi juste le temps,

 de te dire un sourire, 

 laisse-moi juste le temps,

attends encore un peu.

 

 

Un larme n'est rien,

elle s'écoule en silence,

comme passe le temps,

seule en face le vent,

souffle comme un damné,

il essaie d'oublier

que rien n'a d'importance.

Seule, un geste de la main

pour te dire au revoir,

un baiser silencieux

déposé sur ton front,

il fait froid dans les cieux...

 

 

Attends encore un peu

j'ai besoin de grandir,

dans tes pas de géant,

j'étais comme une enfant,

laisse-moi juste le temps,

d'apprendre à vivre sans,

la force de ta voix...

 

Juillet est dépassé,

Je ne suis plus une enfant,

nous voilà en décembre,

bien des années après,

j'ai grandi doucement

en regardant les gens,

je suis seule en silence

à pleurer ton absence...

 

 

 

Attends, j'ai pas encore tout dit,

 c'est pas l'heure de partir,

  laisse-moi juste le temps,

  de te dire un sourire, 

  laisse-moi juste le temps,

 attends encore un peu...

 

 

 

 

 

Sara do

 

 

A mamie Jo, tu manques tant, d'étoilement.

 

 

(*) Pour les Aborigènes : Symboliquement, les cheveux seront coupés lors d'un deuil proche en signe de dépouillement.



21/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres