Sara Do en TerraGalice, Île Ô Poésie

Ô mon Graves... GRAVES DE BORDEAUX

A mon vin préféré ♥ In vinum veritas ♥
 
 
Un peu de poésie GRAVES DE BORDEAUX
 
Ô mon Graves

 
(*)


Ma préférence

Tout en élégance
Un joli verre à pied

Qui prend bien la couleur
Un reflet de la vigne

Dans toute sa splendeur
Un parfum délicat

A la source boisée

Une humeur fraise des bois 
Un  bouquet de violette
Parfois en toile de fond

Un rêve de framboisier

 Ah ! ce parfum unique

Sublimation totale ! 

Là, je frémis

Devant tant de beauté
La force de ce breuvage

Me remplit le gosier 
J'ai un amour sans nom

Pour ce goût dit vin d'homme 

Parce que fort en bouche
Suave et velouté.
Il prend une fière allure

Dans sa robe pourpre intense

Il donne toute sa mesure
Quand il est décanté

Regardez ! comme il danse

A la gorge naissante

De la féminité

Il tire sa puissance

Mon Graves sait en vin

Ce que bon'heure veut dire

Il sait se faire attendre

Sous le pont des soupirs

Alors,
Un sourire mon ami,

Un sourire vin de vie.


Sara Do

 

J'avoue une infidélité "rare" avec le vin de la Rioja
qui à une puissance similaire et plein d'élégance aussi.
Je l'ai découvert avec bonheur en chemin vers Compostelle......
Oui, j'aime Les Vins de Graves!!! et vous !? D'étoilement !

(*)Cette bouteille m'a été offerte en cadeau par ma soeur Nathalie. Que du bonheur ! Merci à toi jolie d'âme ♥étoilée.

« Las Grabas de Bourdeus »,
littéralement « Les Graves de Bordeaux »

Un peu d'histoire :
On dit du vignoble des Graves qu'il est le plus ancien du Bordelais. Il est vrai que les premières vignes y furent plantées il y a 2 000 ans. Il reste un vignoble qui porte encore le nom du dieu de la vigne et du vin romain : Liber Pater.
 
Au Moyen Âge, Aliénor, duchesse d'Aquitaine, étant devenue reine
d'Angleterre, les échanges entre Bordeaux et Londres s'intensifièrent.
Dans la première décennie du XVIIIe siècle, les Britanniques, principaux importateurs, donnent le nom de "new french claret" à ce Grand cru. Ce fut Montesquieu (1689-1755), baron de la Brède, philosophe, écrivain, mais avant tout vigneron, qui se fit l'ambassadeur des vins de la région tant à Paris qu'en Grande-Bretagne.
 
Au sein du Vignoble des Graves, on distingue deux appellations de vins rouges, Graves et Pessac-Léognan. La classification officielle des vins de Bordeaux de 1855 n'ayant retenu que le Château Haut-Brion, les producteurs de Graves ont établi un classement en 1953 (complété en 1959) qui a distingué 16 crus classés en rouge et/ou blanc.
 
Les Graves doivent leur nom à leur sol pauvre recouvert de graviers plus ou moins gros qui savent, le soir venu, restituer à la vigne la chaleur du soleil emmagasinée durant la journée. De Bordeaux à Langon, les Graves s'étendent sur une large bande de terre longue de 55 km sur 10 km de large, bordées à l'ouest et au sud par la forêt de pins qui les protège des grosses intempéries, à l'est par la Garonne qui joue un rôle de régulateur thermique. L'originalité de cette appellation, qui couvre 4 650 hectares (dont 3 450 plantés en vignes) est qu'elle produit en AOC des vins rouges à la chatoyante robe rubis (les Graves rouges), des vins blancs secs très aromatiques (les Graves blancs), et des blancs moelleux (les Graves supérieurs). Autre originalité, les quatre vignobles urbains — trois comptent parmi les plus prestigieux des Graves — dont les vignes fleurissent et mûrissent à Pessac, ville de la proche banlieue de Bordeaux (Château Haut-Brion, Château Pape Clément) et à Talence (la Mission Haut Brion). Le quatrième étant Château les Carmes Haut-Brion.
 
 


17/09/2009
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 176 autres membres